La maille , un style toujours actuel et un hobby dans le vent !

Au temps de la production industrielle et de l'habillement à bas prix, plus personne n'a besoin de fabriquer soi-même ses T-shirts, pantalons ou chaussettes. Cette activité qui était indispensable il y a encore quelques décennies est devenue aujourd'hui un passe-temps, voire un luxe pour quelques personnes particulièrement habiles de leurs mains. Mais le tricot n'est plus réservé aux grand-mères ou aux personnes âgées, il a retrouvé ses lettres de noblesse et est devenu un hobby, et même dans certains cas une passion, pour de nombreuses générations aux doigts de fée.

Le "Urban Knitting", traduit par "tricot urbain", est un concept connu depuis plusieurs années aux Etats-Unis et en Europe. Il fait partie des mouvances street art, et consiste en la mise en valeur d'éléments du mobilier urbain comme les rambardes, les lampadaires, les lanternes ou même les arbres. Armés de leurs aiguilles à tricoter et de leurs pelotes colorées, ces passionnés du tricot embellissent ainsi des quartiers entiers avec leurs productions créatives et bariolées. Mais à côté de l'urban knitting, qui peut être considéré selon la sensibilité de chacun comme un amusement, de l'art ou de la guerilla urbaine, le tricot qui consiste en la production artisanale de vêtements fait partie des tendances lifestyle qui se sont fortement développées ces dernières années.



Illustration 1 : le „urban knitting“ ne recule devant aucun élément de mobilier urbain.
 

Pour beaucoup d'entre nous, les vêtements réalisés ou partiellement réalisés en tricot évoquent la période d'après-guerre. Il est vrai qu'à l'époque il n'était bien pas vu pour une femme d'avoir d'autres activités que la couture, le tricot, et autres passe-temps traditionnellement féminins – en dehors peut être de la musique. C'est pourquoi le tricot a encore aujourd'hui une image délicieusement rétro et teintée de tradition, alors que les vêtements, styles et motifs maille peuvent être d'une grande modernité. Et c'est précisément la grande variété de mailles et de points qui permet d'apporter une touche personnalisée, un petit quelque chose en plus, à toutes les tenues. Le gilet est un accessoire indispensable en toutes saisons, et le pull-over rayé a passé depuis longtemps les frontières des pays nordiques. Mais surtout, une création faite maison est source de fierté, et permet de se créer un style unique et personnel !

C'est parti ! Comment démarrer son tricot ?

Tricoter signifie réaliser un vêtement par une succession de mailles. Pour démarrer son tricot, il existe différentes techniques pour monter des mailles. Munissez-vous pour ce faire d'une ou 2 aiguilles et de suffisamment de laine. Il est recommandé de ne pas utiliser de laine trop chère au début, car les premières tentatives ne sont pas toujours couronnées de succès... Il faut cependant savoir d'entrée de jeu quel vêtement ou accessoire on veut réaliser, car de la grosseur du brin de laine dépend la grosseur des mailles. Ceci étant, on conseille pour des tricoteurs novices, qui peuvent rencontrer quelques difficultés au début avec les mailles et les noeuds, de choisir un fil de laine d'épaisseur moyenne à épaisse, qui pourra servir aussi bien pour un bonnet ou un petit couvre-chef à oeufs durs. La laine plus épaisse est plus adaptée à la confection d'écharpe ou de couverture. La laine fine est à réserver aux doigts experts, dans la mesure où les mailles et noeuds sont très petits.
 


Illustration 2 : pour démarrer, inutile d'investir dans des fournitures trop coûteuses.
 

Les aiguilles à tricoter elles aussi se déclinent en différentes épaisseurs, de la taille 2 à 12 millimètres, et celle-ci doit toujours être adapté à l'épaisseur de la laine, afin que les mailles ne soient pas trop serrées. Au début de votre carrière de tricoteuse, des aiguilles d'épaisseur moyenne, jusqu'à 5 mm, seront idéales. Le démarrage des mailles doit être bien extensible, pour permettre de réaliser de nombreux modèles. De la largeur de la pièce que vous voulez tricoter dépendra le nombre de mailles à monter.



Illustration 3 : chacun doit trouver la position qui lui convient le mieux.
 

Dans un premier temps, mesurez la longueur de votre fil, qui doit dans l'idéal représenter 3 fois la largeur de la pièce à tricoter. Il existe de nombreuses méthodes, qui diffèrent sur les doigts à utiliser et sur la façon d'enrouler les fils ; technique française, anglaise, suisse, italienne, continentale,... Sur le principe, il s'agit toujours de faire un premier nœud, de le placer, et de faire les suivants en essayant d'être le plus régulier possible. Surtout, ne vous découragez pas si le succès n'est pas au rendez-vous tout de suite ! Après avoir choisi la méthode qui vous convient le mieux, et avec un peu de pratique, vos premières mailles seront fluides et régulières. Vous trouverez sur internet de nombreux tutoriels qui vous guideront pour vos premiers pas.

Le B.A. Ba : la maille endroit et la maille envers

Après avoir monté vos mailles, saisissez l'aiguille avec les mailles dans votre main gauche, et l'autre avec votre main droite. Le fil (côté long) est enroulé autour de l'annulaire de l'index de la main gauche, qui tient fermement l'aiguille. L'aiguille droite est à piquer dans la première maille de l'aiguille gauche, par en dessous, et le fil à glisser entre les 2 aiguilles. Piquer ensuite la pointe de l'aiguille droite dans la maille, et faire revenir la maille au dessus de l'aiguille gauche. Faire glisser la maille de l'aiguille gauche en maintenant les autres mailles en place à l'aide de votre index. Une nouvelle maille est ainsi passée de l'aiguille gauche à l'aiguille droite. Il suffit de faire de même avec toutes les mailles suivantes, pour faire votre premier rang ! Bien sûr, avant de commencer votre ouvrage, il faut avoir choisi un modèle de bonnet, d'écharpe ou de chaussettes, afin de savoir combien de mailles et de rangs vous devrez tricoter. Le premier rang constituera en général le dos du modèle fini.

Pour la maille envers, la même prise en main des aiguilles et des fils est utilisée. Tenez l'aiguille avec le rang de mailles dans la main gauche, puis piquez la première maille en passant sous le fil, et en plaçant l'aiguille droite sur l'aiguille gauche. Enroulez le fil, autour de l'aiguille droite en le passant derrière puis devant. Faire passer la boucle formée ainsi avec la pointe de l'aiguille droite, vers l'arrière de la maille en la sortant. Resserrer la maille ainsi formée sur l'aiguille droite en tirant sur le fil. Et ainsi de suite !

En tricotant en maille endroit tous les rangs, on obtient un point mousse basique, particulièrement adapté aux écharpes par exemple. Pour obtenir une maille jersey, il faut alterner une ligne en maille endroit et une ligne en maille envers. Et une fois que ces points de base sont maîtrisés, il n'y aura presque plus de limites aux points qu'il vous sera possible de réaliser, ni à votre imagination !

On prend confiance, on aborde les motifs plus élaborés

Pour débuter en toute sérénité, des modèles de base faciles à réaliser, tels les écharpes et les bonnets, sont à privilégier. Mais un simple bonnet peut se révéler un accessoire des plus tendance, comme le « beanie » par exemple. Celui-ci est absolument incontournable en saison froide. Il ressemble à son cousin le bonnet à pompon, même si la plupart du temps il ne comporte pas de pompon, et s'en distingue par une forme plus longue et souple, tombant vers vers l'arrière de la tête. En tricotant votre propre bonnet long, vous ajouterez une note tout à fait personnalisée à votre tenue !

Pour confectionner votre bonnet beanie, choisissez de préférence une laine assez épaisse qui vous tiendra bien chaud à la tête même lorsque le froid se fera mordant au pire de l'hiver. Mesurez votre tour de tête, afin d'ajuster de nombre de mailles à vos mesures. Certaines tricoteuses expertes recommandent de faire un essai sur quelques rangs, environ 5 cm de hauteur, avec 20 mailles, ce qui permet de calculer le nombre de mailles par centimètre, et de déterminer avec un simple calcul combien de mailles seront nécessaires pour le tour de tête que vous aurez mesuré.



Illustration 4 : les bonnets sont des accessoires pleins de charme pour le printemps, l'automne et l'hiver.

Les débutantes peuvent démarrer leur bonnet en tricotant un bord côtelé. Le principe en est simple : 2 mailles endroit et 2 mailles envers sur le premier rang, puis suivre la même alternance avec le rang suivant, c'est-à-dire que si une maille est endroit, elle doit être tricotée en endroit et inversement. Pour obtenir la forme de bonnet souhaitée, il faut diminuer le nombre de mailles à intervalle régulier. Pour 100 mailles au démarrage, il faudrait diminuer par exemple d'une maille tous les 10 rangs. Ceci a pour effet de rétrécir le bonnet vers sa pointe. Il existe pour ce faire différentes méthodes, la plus simple étant de tricoter 2 mailles en une fois, en piquant simplement son aiguille dans les 2 mailles en même temps. Si vous le souhaitez, vous pouvez intégrer un élastique dans le bord de votre bonnet pour un meilleur maintien.

Mais les bonnets et écharpes ne sont pas les seuls modèles en maille qui ont connu un regain de succès l'année dernière ! Le cardigan a également connu un revival, et compte parmi nos articles en maille favoris. Les cardigans avec un col en V dessinent une allure très élégante, et accompagnent avec style robes ou tenues décontractées. Les cardigans longs sont parfaits pour celles d'entre nous qui souhaitent cacher leurs « formes » au niveau des hanches, du ventre ou des fesses. Portés avec un T-shirt ou une robe, ils forment un duo à la fois élégant et très confortable. Et pour celles qui souhaitent apporter une touche de fantaisie en plus, il existe une foule de motifs que l'ont peut appliquer sur un tricot, que ce soit sous forme de patches, de broderies ou de bouton bijoux, pour personnaliser sa création.



Illustration 5 : des motifs variés et qui permettent de réaliser des associations de couleurs très réussies


Mais attention, pour se tricoter un cardigan, il va falloir faire preuve d'un peu plus de patience et d'expérience que pour un bonnet ! Il existe des mailles absolument magnifiques avec des motifs bicolores ou multicolores comme le jacquard, le motif norvégien ou le Fair Isle écossais. Pour ces techniques de tricot, le fil qui n'est pas utilisé suit à l'arrière de l'ouvrage. On peut garder les 2 fils (dans le cas d'un motif bicolore) dans la main gauche, mais les plus expertes peuvent en tenir un dans chaque main pour éviter qu'ils ne s'emmêlent ! Puis, le secret réside dans la régularité, car il faut bien entendu compter très précisément les mailles pour pouvoir alterner les fils de couleurs en suivant le patron afin d'obtenir le motif désiré. Les robes en maille demandent un temps de réalisation plus long, mais la maille reste la même, c'est-à-dire une alternance de rangs endroits et envers. Les bords peuvent être tricotés en maille côtelée. N'hésitez pas à pimenter votre robe avec des détails séduisants qui peuvent faire toute la différence, comme des paillettes rebrodées, des boutons ou des poches. Pour les femmes aux formes généreuses, les mailles fines sont à privilégier, avec une ceinture pour marquer la taille. D'autres tendances maille qui font rimer confort et actualité sont par exemple les dos-nu en maille, ou les ponchos et capes, qui se déclinent dans une multitude de variantes de la plus élégante à la plus décontractée, et qui complètent toutes les tenues avec style !

Pour finir, quelques trucs et astuces

Le tricot demande un peu d'adresse et d'entraînement, et surtout beaucoup de patience, en particulier si l'ouvrage doit être d'une densité de maille régulière. Lorsque vous vous achèterez vos premières aiguilles et pelotes de laine, consultez le bandeau qui entoure les pelotes, qui vous donnera tous les conseils nécessaires pour une utilisation optimale, en particulier l'épaisseur des aiguilles à utiliser, et les différentes épaisseurs de fil disponibles. La longueur de la pelote est également indiquée, et parfois même un petit échantillon de tricot est joint, afin de donner un aperçu du résultat final de la pelote. Mais comme le point en tricot est variable d'une personne à l'autre, cet exemple ne peut pas vraiment être utilisé comme base pour calculer une longueur de fil nécessaire sur la base de vos propres mesures.

Pour démarrer en douceur, les tricoteuses en herbe doivent se prendre le temps, ne pas se précipiter et tricoter trop en une fois, au risque d'avoir des crampes et tensions au niveau des avant-bras, dues à des mouvements inhabituels. Si vous ne vous sentez pas à l'aise lorsque vous tricotez, cela signifie que votre position n'est pas bonne, et qu'il faut en changer. Au début de l'apprentissage du tricot, les débutantes auront tendance à regarder en permanence ce qu'elles font, mais au fur et à mesure qu'elles se familiariseront avec les gestes, elles pourront tricoter tout en regardant ailleurs... ou en papotant avec des amies. Les kits débutant et les cours d'initiation sont un bon moyen de mettre un pied dans ce hobby qui peut vite tourner à la passion ! Enfin, suivre les tendances de près est toujours une bonne idée pour trouver le modèle qui inspirera vos propres créations. Pour cela, les vidéos sur internet sont une véritable mine d'idées !


Alors, à vos aiguilles et à vos pelotes, nous vous souhaitons de très beaux moments créatifs avec votre nouvelle passion !

Illustrations:
Illustration 1: Wikimedia.commons.org © An-d(CC BY-SA 3.0) Illustration 2: Pixabay.com © stux (CC0 1.0) Illustration 3: Wikimedia.commons.org © Johntex(CC BY-SA 3.0) Illustration 4: Pixabay.com © Hans (CC0 1.0) Illustration 5: Pixabay.com © Hans (CC0 1.0)